Wattrelos: Du théâtre pour parler du harcèlement au collège Émile-Zola

Marjorie Duponchel (Avec Hugo Delaunay) | 20/12/2018 La Voix du Nord

Sur une idée de la FCPE, association de parents d’élèves de la cité scolaire Émile-Zola, la compagnie La Belle Histoire est venue à la rencontre des élèves de 6e, ce mardi, pour désamorcer des situations de harcèlement par le biais du théâtre.

 

Les blagues de potaches, ça peut faire du mal. En faisant rire la galerie au détriment d’un camarade, les collégiens ne mesurent pas toujours qu’ils créent des situations de harcèlements. La compagnie de théâtre villeneuvoise La Belle Histoire a bien cerné cette problématique et propose, dans les établissements de la région, des représentations sur ce thème, suivies d’échanges avec les jeunes.

 

 " Un échange qui s’est poursuivi dans les classes, pour mettre des mots sur les situations, réveiller la parole. "

 

Mardi après-midi, tous les élèves de 6e de la cité scolaire ont donc assisté au calvaire de Phil, constamment moqué par ses camarades. Et si dans un premier temps, les deux comédiens étaient incités par le jeune public hilare à poursuivre les bonnes blagues infligées au jeune homme, la tendance s’est inversée au fil de la représentation. Effet de groupe, peur de dire stop et d’être rejeté soi-même, peur de dénoncer une situation de harcèlement à un adulte sont les thèmes largement abordés durant le spectacle.

 

Libérer la parole

Un échange qui s’est poursuivi dans les classes, pour mettre des mots sur les situations, réveiller la parole et montrer que les choix de chacun ont une incidence sur un groupe. « C’est la première fois que nous proposons ce type d’action et ça fonctionne bien », se réjouit André Nowak, président de la FCPE de la cité scolaire qui finançait l’intervention. Le féru de théâtre a également impulsé la création, à la rentrée de janvier, d’un atelier pour les collégiens et lycéens. « Dans le cadre du développement de l’oralité voulue par le Ministère de l’Éducation nationale, cet atelier pourra sans doute apporter beaucoup. Nous avons le soutien de la direction de la cité scolaire », précise André Nowak.

article wattrelos