Du théâtre pour encourager la parité hommes-femmes

La Voix du Nord - Ru. Mu. | 19/06/2018

La Cie La Belle Histoire présente une pièce de théâtre consacrée à la réinsertion des femmes dans l’emploi, ce vendredi à l’atelier chantier d’insertion L’Arc. C’est le point d’orgue d’un projet sur la parité hommes-femmes initié par Catherine Robert, conseillère d’insertion de l’association auchelloise.

 

Catherine Robert a lancé son projet en septembre. Depuis le printemps, elle est épaulée par son collègue Naryem Mokngar-Mali et par Florence Bouton, assistante sociale. «  C’est un projet sur deux ans destiné à lutter contre la pauvreté et à promouvoir l’inclusion par la parité, précise Catherine Robert. On soulève les problématiques liées à l’emploi des femmes, comme la mobilité, la garde d’enfants, l’image…  »

 

« Fin mai, les comédiens sont venus rencontrer une dizaine d’employées en insertion et ont écrit la pièce à partir de leurs témoignages. »

 

Depuis un an, quarante-cinq femmes employées à l’atelier chantier d’insertion (ACI) L’Arc participent à des ateliers socioesthétiques (travail sur l’image de soi), de communication… « Ce sont des personnes fragiles qu’on conduit vers l’autonomie et la confiance en soi. On travaille beaucoup sur l’image des femmes par rapport aux hommes et à l’emploi, sur le fait de s’accepter… Par exemple, quand on propose un métier de rippeur (éboueur) à une femme, elle se dit qu’elle peut le faire mais s’inquiète de l’image qu’elle va donner.  »

Une comédie musicale l’an prochain ?

Point d’orgue de cette première année de projet, la compagnie théâtrale La Belle Histoire présente une pièce liée à ces enjeux, vendredi à 10 h 30 à l’Arc. «  Les comédiens sont venus fin mai pour une première étape «éponge»  : ils ont rencontré une dizaine d’employées de l’ACI puis ont écrit la pièce à partir de leurs témoignages.  » La représentation sera suivie d’un temps d’échange. «  Ce sera peut-être le moment le plus dur pour nos travailleuses. Elles sont assez timides.  »

Le projet « parité » coïncide avec une féminisation de l’ACI : en 2016, seuls un tiers des employés étaient des femmes, contre la moitié aujourd’hui. Pour la seconde année de son bébé, Catherine Robert rêve tout haut : «  On fera peut-être une comédie musicale.  »

actu