48 heures pour lutter contre le cancer

Par La Voix Du Nord | Publié le 17/10/2017

COURCELLES-LES-LENS

 

OSCEALE : 48 heures pour lutter contre le cancer

 

Évidemment, avec deux tiers d’effectif en moins, la manifestation n’a pas pu se dérouler comme prévu. N’empêche, l’association Osceale a tenu à maintenir ses « 48 heures contre le cancer du sein » et à proposer quelques rendez-vous aux Courcellois dans le cadre de sa mobilisation pour promouvoir le dépistage.

 

Depuis la rentrée, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Osceale rencontre des vents contraires. Pour mémoire, pendant les vacances, avec l’annonce de la suppression des crédits pour les contrats aidés, la présidente avait appris que les deux tiers de son effectif ne serait pas renouvelé. Puis, tout de même, la Préfecture lui avait accordé la reconduction d’un contrat. MIeux que rien certes, mais pas de quoi résoudre tous les problèmes d’organisation auxquels l’association fait face. N’empêche, question de principe, elle a tenu à maintenir son action de sensibilisation au dépistage du cancer du sein.

Le public a donc pu assister ce week-end à la représentation de la pièce de théâtre La ronde des femmes, par la compagnie La belle histoire qui a retracé avec beaucoup de sensibilité et d’humour des scènes de la vie quotidienne de quelques femmes face au dépistage du cancer du sein : réticences, appréhensions, freins et idées reçues passés à laloupe... Autant de questions soulevées ensuite par le Dc Marie-Laure Forzy, médecin coordonnateur d’Opaline 62.

 

Le lendemain, l’association a repris son bâton de pèlerin et a invité les habitants à une balade rose de 7 km à travers la ville, sous le soleil et dans la bonne humeur. Osceale poursuivra sa sensibilisation ce dimanche en allant à la rencontre des habitants sur le marché dominical. Et du boulot, en matière de sensibilisation, il y en a. Preuve  ? À Courcelles-les-Lens, en 2016, 395 invitations au dépistage ont été envoyées par Opaline, et seulement 188 mammographies ont réellement été effectuées, soit seulement 47 % de femmes qui ont répondu à l’appel au dépistage et participé.

IMG_4105