Article Octobre Rose

Par Rachel Debrincat | Publié le 06/10/2017 La Voix du Nord

Octobre Rose, un mois pour arborer la cocarde rose et oser parler cancer du sein

Octobre Rose, le mois dédié à la lutte contre le cancer du sein, est lancé. Comme chaque année, la mobilisation a gagné Arras qui affiche la cocarde rose sur son beffroi. Une sensibilisation nécessaire pour cette forme de cancer, la plus fréquente et meurtrière chez les femmes en France.

Par Rachel Debrincat | Publié le 06/10/2017

2partages

 

On ne le sait pas forcément
: le dépistage du cancer du sein commence par l’autopalpation. B9713411744Z.1_20171006161208_000+GSF9U28HC.2-0  

On ne le sait pas forcément : le dépistage du cancer du sein commence par l’autopalpation.

 

Cancer. Il est de ces mots qui font tourner des talons. Il faut pourtant savoir le dire. Et en parler. Octobre Rose est ainsi le mois dédié à la lutte contre le cancer du sein. Pour faire tomber les tabous. À cette occasion, le beffroi a revêtu sa cocarde rose. À ses pieds, les commerçants ont suivi le mouvement, arborant le nœud symbolique. «  On les a confectionnés et distribués lors du marché  », explique Fouziah El Jarrai, référente santé au centre social Arras Ouest qui organise des ateliers de sensibilisation santé très fréquentés.

 

«  Pas facile pour autant de sensibiliser, ça fait peur  », soufflent Jean-Marie et Théodora, bénévoles. Qui prennent part à des groupes de soutien s’organisant plusieurs fois par mois à Arras, nécessaires à des femmes désœuvrées par la maladie.

La détection commence par l’autopalpation

Sacré anniversaire mais pourtant incontournable. Dès 50 ans , et cela tous les deux ans jusque 74 ans, l’organisme Opaline 62 envoie aux femmes une invitation gratuite pour réaliser une mammographie chez un praticien conventionné. «  C’est comme un contrôle technique. On le fait pour la voiture, c’est pareil pour la santé  », sourit Noël-Marie Louart du Comité féminin 59-62.

 

Marion Poleszczuk pratique la chirurgie mammaire. Des opérations, qui prises en charge tôt, évitent les ablations. B9713411744Z.1_20171006161208_000+GSF9U300D.2-0  

Marion Poleszczuk pratique la chirurgie mammaire. Des opérations, qui prises en charge tôt, évitent les ablations.

 

«  Les femmes peuvent aussi détecter elle-même des anomalies comme des grosseurs dans le sein ou sous les bras, conseille Marion Poleszczuk, chirugien gynécologique et cancérologique au centre hôpitalier d’Arras. Il est important de s’examiner devant un miroir pour observer des creux ou écoulements  ».

«  Une femme sur huit sera confrontée au cancer du sein dans sa vie. C’est le cancer le plus fréquent et le plus meurtrier chez la femme en France, rappelle Catherine Campion, responsable de la prévention à la CPAM Artois. Cependant, détecté tôt, il peut être guéri dans 9 cas sur 10. Avec une prise en charge totale des différents actes de soin et une chirurgie peu invasive  ».

>> En chiffres

En 2016, 31 152 femmes de 50 à 74 ans ont participé au dépistage du cancer du sein en Artois.L’objectif de la CPAM de l’Artois est d’atteindre un taux de participation de 63,34 %.

Le nombre de cancers détectés s’élève à 481 en 2015 avec des taux de détection plus importants pour les 65-74 ans (23.70 % selon les chiffres Opaline 62).

Le mois de sensibilisation au dépistage organisé du cancer du sein

- Samedi 7 octobre, à 18 heures, stade Tételin d’Arras : l’équipe féminine de basket, plus connue sous le nom des Demoiselles d’Arras, misent sur l’esprit d’équipe en s’alliant à la cause portée par la CPAM de l’Artois. Munie de la cocarde rose sur le maillot, les demoiselles invitent le grand public à assister au match gratuitement … à la seule condition d’être vêtu de rose ! La CPAM profitera de l’occasion pour informer et sensibiliser à l’importance du dépistage organisé du cancer du sein.

- Mardi 10 octobre, de 10 heures à 16 heures, hôpital privé Les Bonnettes à Arras : les équipes médicales de l’hôpital et la CPAM s’associent afin de sensibiliser le grand public grâce à un atelier d’autopalpation (pour déceler d’éventuelles grosseurs dans les seins) et sensibiliser les visiteurs au dépistage du cancer du sein.